Edito

En 1871, le marseillais Dominique Piazza commercialise la première carte postale illustrée en France. Ces objets familiers, synonymes de vacances et voyages, renferment souvent des détails intéressants pour ceux qui prennent le temps de les observer.
La Marsiale rend aujourd’hui hommage aux cartes postales pour évoquer Marseille au siècle dernier.

A la une cette semaine

Inscription abri
Explorations

A la recherche d’un abri

Durant la seconde guerre mondiale, afin de protéger la population marseillaise des bombardements aériens, des caves d’immeubles se sont muées en abris anti-aériens. Une inscription « ABRI » était alors apposée près de la porte d’entrée. Allons parcourir la ville à leur recherche.

Dans la rubrique Evolutions

Saint Giniez

Heureux sont les habitants de St Giniez, un quartier à proximité des plages, du parc Borély, du centre-ville, et du…stade vélodrome. Dominé par le Grand Pavois et la « tour FR3 », le quartier souffre cependant, depuis ces dernières années, d’une forte urbanisation.

Le quai de la Fraternité

Le quai de la Fraternité est enfin redevenu, depuis peu, un lieu de rencontres et d’échanges digne de ce nom. D’innombrables cartes postales avaient su, par le passé, mettre en exergue le rôle capital de cet espace coincé entre le Vieux Port et la Canebière.

Cours Lieutaud
Le cours Lieutaud

Cette voie, parallèle à la rue de Rome, est réputée pour sa fameuse malédiction du pont de la rue d’Aubagne. Cet ouvrage piège en effet régulièrement les camions imprudents qui se jettent inexorablement dans la gueule du loup en venant s’y encastrer.

Dans la rubrique Evocations

Ancienne carte postale du char le Jeanne d'Arc à Marseille
Le char Jeanne d’Arc

Le char Jeanne d’Arc est le symbole des terribles combats pour la libération de la ville de Marseille. Il repose désormais face à la Bonne Mère qu’il était venu délivrer, à l’endroit même où il fut détruit un matin d’août 1944.

Le Saint Georges

Vitrine de du promoteur immobilier La Savoisienne, l’immeuble du Saint Georges symbolise l’audace et l’imagination architecturale de l’après guerre. Haut de 66 mètres, il proposait à sa livraison, outre 222 logements, une église, une salle de spectacle, une école, un restaurant et un hôtel.

L’assassinat du roi Alexandre 1er

Le mardi 9 octobre 1934, le roi Alexandre 1er de Yougoslavie, le ministre français des affaires étrangères Louis Barthou trouvent la mort, au cours d’un attentat perpétré en pleine Canebière. Plusieurs autres victimes paient de leur vie l’affolement qui s’en suit.

Dans la rubrique illustrations

La croix de Lorraine sur un mur marseillais.
Le mystère de la croix de Lorraine

S’il y a deux arrondissements à Marseille où j’aime flâner, c’est assurément le quatrième et le cinquième. Non loin du centre ville, mais suffisamment à l’écart pour gagner en tranquillité, leurs rues réservent souvent des surprises à ceux qui prennent le temps d’observer.

Incident sue la ligne 12 du tramway
Engatse sur la ligne 12

Parmi un lot de photos sur verre, acheté dans un vide grenier local, se trouvait cette illustration tragi-comique représentant un incident survenu sur la ligne 12 du tramway reliant la gare de Noailles aux Camoins. Mise en scène ou un incident réel?

Le Grand Hôtel Noailles avant les travaux en 2004
Le Grand Hôtel Noailles

Difficile de croire au vu de cette image prise en 2004, au début des travaux de transformation en commissariat, que cet établissement fastueux a accueilli durant des décennies de nombreuses personnalités et de grands de ce monde lors de leurs séjours à Marseille.

Dans la rubrique Editions

La Ciotat

La Ciotat, berceau du cinéma et important pôle naval, a largement été représentée par les cartes postales du siècle dernier. L’occasion de nous lancer dans le jeu des comparaisons grâce aux photographies d’aujourd’hui, prises sous un même angle de vue.

Pont de l’Etoile

Une gare de péage porte son nom. Mais Pont de l’Étoile est aussi un hameau traversé par l’Huveaune qui abrite la célèbre « maison de celle qui peint ». Sa taille modeste ne l’aura pas empêché d’être immortalisé par de nombreuses cartes postales.

Le Rove
Le Rove

La renommée du Rove est due à la race de chèvres qui porte son nom et dont le lait est utilisé pour la confection de la célèbre brousse mais aussi, accessoirement, au tunnel maritime et sous-terrain qui traverse la commune depuis l’année 1927.

Arsenal des galères
Les derniers articles publiés

Le côté sombre du télescaphe

Des incidents ont-ils pu précipiter la fin du télescaphe? Plus de cinquante ans après, des témoignages le laisseraient supposer.